Anivia reine du carnaval : que la fête commence

Par Jigu, Luthien

Après moult discussions entre les équipes Riot du Brésil et des États-Unis, nous avons sorti un nouveau skin culturel adapté pour un public League of Legends mondial : Anivia reine du carnaval. Cette dernière a abandonné ses froides et anciennes racines de Cryophénix et s'est imposée comme la reine de la fête. Voici un aperçu des coulisses du lancement de ce skin ainsi que du court-métrage animé « Les ailes de la fête ».


Un monde de danse et de célébration

Les fêtes annuelles comme celle-ci sont courantes dans le monde entier. Il y a Mardi Gras aux États-Unis, les Murgas en Argentine, Maslenitsa en Russie... et bien d'autres encore ! Le carnaval brésilien regroupe des références nationales et internationales, et est l'une des fêtes les plus célèbres du monde , même s'il est célébré différemment selon la région ou le pays.

"Anivia Ave Enmascarada", Jesica « Arsted » Paulin (2013)

Jesica « Arsted » Paulin, créatrice pour la communauté, elle-même originaire d'Argentine, affirme : « Reconquista est une petite ville, mais ça ne nous empêche pas de fêter le carnaval ». Venant de la province de Santa Fe, elle a choisi de représenter Anivia dans son fan art car l'oiseau colossal est son champion principal. « Lorsque j'ai créé le concept d'Ave Enmascarada (« Oiseau masqué » en espagnol), la plupart de ses skins présentaient des couleurs sombres et ternes ; j'ai donc pensé qu'elle serait magnifique en violet et rose. » « Le maquillage et les tenues des danseurs des parades ont été ma principale source d'inspiration », nous confie Artsed. « Mon premier croquis était relativement simple : des plumes colorées et un masque recouvrant son visage. Cependant, il a évolué en un design inspiré d'un masque pour ses ailes, avec plus de détails basés sur les chars et les coiffes des danseurs. »


« Nous attendons qu'ils nous invitent »

Après la sortie de Gangplank des forces spéciales, notre bureau au Brésil a mené une enquête auprès des joueurs brésiliens : qu'attendaient-ils d'un skin de champion culturellement représentatif ? Trois éléments étaient évidents : les deux premiers, les mythes et la nature, nous ont permis de créer Nami naïade et Hecarim sylvestre. Mais nous devions encore utiliser le dernier, le carnaval.

« L'équipe des skins a étudié de nombreuses idées proposées par les équipes du Brésil et d'Amérique latine, mais un concept imaginé par une joueuse argentine pour Anivia a vraiment retenu notre attention », explique Carlos « IamCarlos » Giffoni, responsable de production au bureau NA. « Nous avons étroitement collaboré avec l'équipe brésilienne pour nous assurer de rester fidèles au style et à l'atmosphère, et pour déterminer les choses à représenter en priorité. Nous rêvons d'aller participer au carnaval en personne. Nous attendons simplement que l'équipe brésilienne nous invite. »

L'artiste conceptuel Justin « RiotEarp » Albers s'est inspiré de l'Amérique du Sud et l'a intégrée à LoL. « Nous avons étudié le carnaval : les motifs, les statues des chars, les vidéos, les oiseaux de paradis (suggérés par l'artiste Jean « Riot Curing » Go), et nous avons observé comment il était célébré dans chaque ville, pour puiser un maximum d'inspiration. »

Anivia étant un champion classique, quelques changements étaient nécessaires pour améliorer son animation de vol.

« Achever son rappel nous a également pris un certain temps. Je savais qu'il faudrait intégrer de la musique de samba, mais il n'a pas été facile d'obtenir la bonne séquence d'actions à partir de tout ce que nous avions », admet IamCarlos. « Les effets visuels et les sons additionnels, quant à eux, ont été plutôt simples et amusants à réaliser. Nous sommes vraiment ravis du résultat final et nous espérons que les joueurs le seront tout autant, surtout ceux du Brésil et d'Amérique latine ! »


L'envol de Joy

Après cinq mois de développement, Anivia reine du carnaval a déployé ses ailes sur le serveur du PBE. Mais les roulements de tambours ne faisaient que commencer...

LeCube, un studio d'animation au Brésil et en Argentine, a lancé les festivités avec le court-métrage animé « Les ailes de la fête », prouvant que même le champ de bataille le plus sombre peut devenir un endroit coloré, joyeux et festif.

Selon le producteur vidéo brésilien Leo « RudaTargaryen » Rudá, l'un de leurs plus grands défis a été le délai serré à respecter. « L'équipe d'animation devait fournir des efforts encore plus grands. Nous étions en contact permanent. En plus, c'était leur premier court-métrage dans le monde du jeu vidéo ! Le processus de production étant un système en cascade, avec de nombreuses interdépendances, nous devions sans cesse réaligner et approuver de nouvelles données dans le but de publier le meilleur contenu possible. »

« Je me souviens notamment d'une réunion où nous avons dû faire le tri entre tout le vocabulaire en portugais, en anglais et en espagnol », raconte RudaTargaryen. « Dans ces moments-là, on apprend à utiliser différents mots pour exprimer un concept particulier. »

« Lorsque différentes cultures collaborent, on obtient une vue à 360 degrés et pas seulement un carnaval brésilien pour les Brésiliens », affirme RudaTargaryen. « Ces conversations ont eu lieu entre les bureaux Riot du Royaume-Uni, des États-Unis et d'Amérique latine, ainsi que le studio d'animation argentin, et ceci nous a permis de créer un produit plus riche, plus varié et plus attrayant à l'échelle mondiale, sans se limiter à une seule région. »


2 years ago


Contenu lié